Microsubventions allouées aux PANDC pour la médiathèque Pleins feux de la SCEE

Note : Le masculin est utilisé pour alléger le texte, et ce, sans préjudice pour la forme féminine.

L’un des obstacles pour l’inclusion des minorités sous-représentées, y compris les PANDC (personnes autochtones, noires et de couleur), dans les STIM est la pénurie de modèles visibles. La SCEE peut aider en attirant l’attention sur les écologistes et les biologistes évolutionnistes qui sont des PANDC. Ce projet permettra de créer une médiathèque de courtes vidéos de scientifiques émergents et établis qui sont des PANDC, et de mettre cette médiathèque à la disposition des professeurs d’université et des enseignants du primaire et du secondaire, des groupes de jeunes, etc., à travers le Canada. En mettant en lumière les modèles de PANDC – qui sont sous-représentés, mais pas absents – la médiathèque créera des opportunités pour soutenir une meilleure représentation à l’avenir. Cela aidera également notre communauté à diversifier son enseignement, ses séries de séminaires, etc. Le programme s’attaquera également à un autre obstacle à l’augmentation de la participation des PANDC à la science, c’est-à-dire le financement; les microsubventions de la bibliothèque offriront une rémunération directe ainsi que l’adhésion gratuite à la SCEE et l’inscription gratuite au congrès annuel.

Les microsubventions

La SCEE offre une microsubvention aux écologistes ou biologistes évolutionnistes qui s’identifient comme PANDC (jusqu’à la limite budgétaire du programme). Une microsubvention consiste en un montant de 200 $ en espèces, à une adhésion gratuite de 2 ans à la SCEE et à un remboursement des frais d’inscription au congrès annuel de la SCEE dans les 2 ans suivant la remise du prix.

Les récipiendaires de microsubventions sont invités à réaliser deux courtes vidéos d’eux-mêmes:

  • Une vidéo (2-3 min) parlant de qui ils sont; quel est leur poste actuel; comment ils se sont intéressés à l’écologie et à l’évolution ou à leur système d’étude et quel chemin ils ont suivi pour se rendre à leur poste actuel (ce dernier élément est facultatif). La vidéo conclurait en mentionnant une question passionnante en écologie et en évolution à laquelle ils aimeraient répondre au cours de leur carrière.
  • Une autre vidéo (6-10 min) qui comprendrait les mêmes éléments PLUS une question en écologie et en évolution (grande ou petite) à laquelle le récipiendaire a répondu ou répond présentement dans son travail (pas une présentation Powerpoint, simplement une vidéo du récipiendaire).

Les deux vidéos constituent des ressources différentes pour la communauté. Les plus courtes vidéos conviendront à tous les niveaux et mettront l’accent sur l’appartenance à la communauté scientifique. Parce qu’elles sont courtes, elles se prêteront bien à être montrées en combinaison. Les plus longues vidéos seront plus appropriées pour une utilisation dans les classes au niveau secondaire ou postsecondaire, et démontreront en outre les contributions aux connaissances. Il est tout à fait approprié que le contenu de la plus courte vidéo d’un candidat soit repris dans la plus longue – c’est-à-dire que nous nous attendons à ce que les deux vidéos se chevauchent considérablement.

Les deux vidéos doivent être présentées à un public non spécialisé – même si elles sont utilisées dans des cours d’écologie postsecondaire, une présentation non spécialisée les rendra accessibles à tous les étudiants. Le comité éditorial fournira des conseils sur la réalisation d’une vidéo comme celle-ci (par exemple, l’équipement, les choses à considérer avant/pendant le tournage, l’édition simple) et se fera un plaisir de fournir des commentaires ou des conseils sur le contenu proposé, etc. Les candidats seront également connectés les uns aux autres, lorsque cela est possible, afin qu’ils puissent échanger des conseils et de l’expérience.

Toutes les vidéos seront partagées sur les médias sociaux de la SCEE, seront hébergées sur la chaîne Youtube de la SCEE et seront mises à disposition sur notre site Web pour être utilisées dans des cours et des présentations par des professeurs, des enseignants du secondaire, des groupes de sensibilisation tels que Pinte de Science et Parlons sciences, des groupes de jeunes (p. ex., scoutisme), etc. La SCEE contactera activement ces organisations pour faire connaître la médiathèque.

Demander un microsubvention

Les candidats doivent envoyer une proposition très brève (pas plus de 200 mots, décrivant très brièvement le contenu prévu des vidéos) au président du comité éditorial, peter.soroye@gmail.com.

Les candidats doivent être membres de la SCEE ou non-membres de la SCEE qui sont canadiens ou qui travaillent ou étudient dans un employeur ou une institution canadienne. Les candidats sont les bienvenus à tous les niveaux de carrière, mais la SCEE cherchera à équilibrer les boursiers entre les professeurs, les professionnels de l’industrie et les étudiants. Si les candidats seniors souhaitent participer tout en renonçant à une compensation financière, la SCEE utilisera l’espace budgétaire pour recruter plus de participants en début de carrière.

Comité éditorial

Le conseil de la SCEE établira un comité de 3 membres de la société, dont au moins 2 PANDC, pour fournir des conseils et s’assurer que les soumissions correspondent aux objectifs du projet. Il rendra compte au président du comité des prix. C’est le même comité qui traitera les soumissions pour le centre de documentation (voir ci-dessous). Les PANDC membres du comité éditorial qui ne siègent pas au conseil de la SCEE recevront une allocation pour leurs services.

Budget

La SCEE a prévu un budget de 3000 $ en 2020 pour cette initiative (mais nous prévoyons que le projet se poursuivra dans les années à venir). Le montant en espèces de la microsubvention est crucial, car il est injuste de demander aux PANDC de faire un travail non rémunéré pour résoudre un problème dont ils ne sont pas responsables. Le montant en espèces est censé représenter une rémunération équitable du marché pour la main-d’œuvre impliquée.