CRSNG Appel de propositions de projets de recherche de pointe en biodiversité

Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) lance un nouvel appel de propositions dans le cadre de l’initiative Frontières de la découverte. L’appel de propositions porte sur la biodiversité et l’adaptation des biosystèmes. Le CRSNG fournira un financement d’au plus un million de dollars par année pendant quatre ans. La présentation d’une lettre d’intention doit être présentée au plus tard le 17 avril 2017.

Pour en savoir plus sur le présent appel de propositions, veuillez consulter le site Web du CRSNG.

FacebookTwitterGoogle+Share

Soumission de la SCEE à l’examen du soutien fédéral aux sciences

La Société canadienne d’écologie et d’évolution a récemment soumis des réponses aux questions posées dans le cadre de l’examen du soutien fédéral aux sciences (http://www.examenscience.ca/eic/site/059.nsf/fra/accueil). Dans cette lettre, le président de la SCEE souligne que le financement de la recherche au Canada (en proportion du PIB) a diminué en dessous de ce qu’il est dans les pays en développement, comme la Tanzanie, l’un des seuls pays à avoir réduit son financement de la recherche au cours de la dernière décennie.

Pendant ce temps, la taille de la communauté scientifique a augmenté, ce qui rend la diminution des fonds encore plus grave pour les chercheurs canadiens. De fortes augmentations du financement de la recherche sont nécessaires au sein des trois conseils de recherche.

Les programmes de recherche appliquée, qui nécessitent des partenaires industriels, ont connu une forte croissance au cours de la dernière décennie. Cette croissance s’est faite au détriment apparent de la recherche fondamentale, un déséquilibre auquel il faudrait remédier immédiatement. Une augmentation du nombre de subventions accordées est ainsi nécessaire.

Les conseils subventionnaires n’ont pas fonctionné avec une transparence cohérente lors de leur processus de prise de décision, ce qui a miné la confiance en la façon dont leurs décisions adressent les préoccupations de la communauté de chercheurs.

Le financement des infrastructures de recherche a beaucoup été amélioré dans le budget de 2016, mais le financement de la FCI continue à être épisodique. Le soutien à la FCI doit devenir un soutien régulier plutôt que des perfusions intermittentes de financement afin de la maintenir en vie pendant encore quelques années. Pourtant, un important financement des infrastructures s’avère une stratégie utile seulement si le personnel pour faire fonctionner l’infrastructure est également financé. Ainsi, l’augmentation des fonds pour les subventions de fonctionnement demeure la plus importante nécessité.

La dichotomie entre les «champs d’études déjà établis” et la recherche “risquée” est fausse et ne devrait pas être la base sur laquelle les décisions de financement sont prises.

La diversité dans la communauté universitaire est peu représentative de la société canadienne. La sous-représentation des femmes, des Canadiens autochtones et des minorités visibles est systémique dans de nombreuses disciplines, et la tendance vers l’atteinte d’une représentation égale est d’une lenteur inacceptable. Le Canada a besoin d’établir de solides programmes pour mettre fin au soi-disant problème du « tuyau percé », qui empêche les femmes d’atteindre des réussites professionnelles supérieures en sciences par rapport aux hommes. Il existe de nombreux programmes internationaux qui ont permis d’améliorer de telles situations, comme par exemple le programme britannique “Athena SWAN”. Le Canada n’a cependant presque rien fait pour instaurer des politiques efficaces qui sont proportionnelles à l’ampleur du défi à relever ici pour améliorer la diversité au sein de la communauté universitaire.

Vous pouvez télécharger la soumission de la SCEE à l’examen du soutien fédéral aux sciences en cliquant ici (PDF; en anglais seulement).