Prix d’excellence en recherche au doctorat

Date limite de réception de tous les documents de candidature: Vendredi, 16 avril 2021

Description du prix: Ce prix vise à mettre en valeur l’excellence en recherche étudiante au sein de la société. Les lauréats devront avoir mené de la recherche de haute qualité qui aborde des questions fondamentales ou qui est de nature appliquée dans les domaines de l’écologie et de l’évolution. En plus du mérite démontré, le comité de sélection vise à promouvoir la diversité en sciences (nous encourageons les candidats à se référer au communiqué de diversité récemment publié par la SCEE), et à balancer les domaines de recherches et la représentation institutionnelle. Tous les étudiants de doctorat éligibles sont encouragés à faire une demande.

Éligibilité: Pour faire une demande, les candidats doivent être (i) inscrits à un programme de doctorat dans l’année de la candidature (2020) et (ii) être membres de la SCEE au moment de leur demande. Les candidats devront avoir amorcé leur dernière année d’études doctorales (être sur le point de soumettre et de défendre leur thèse), mais ne devront pas répondre aux critères de diplomation de leur programme au moment de la demande (les récents détenteurs d’un diplôme de doctorat devraient plutôt considérer faire une demande de prix de début de carrière). Les lauréats devront assister à la rencontre annuelle de la SCEE à Edmonton en mai et présenter leurs travaux lors de notre symposium des étudiants gradués lauréats (des exemptions seront considérées sur une base individuelle). Les candidats de l’année dernière qui n’ont pas été sélectionnés pour le prix mais qui satisfont toujours aux critères d’éligibilité sont encouragés à postuler de nouveau.

Demandes

Les demandes doivent inclure les sections énoncées ci-dessous dans l’ordre suivant :

  • Renseignements sur le/la candidat(e)
  • Résumé de la thèse (300 mots maximum) : Une résumé de votre thèse. Vous pouvez avoir des sous-titres des différents chapitres de votre thèse. Mentionez comment chacun d’entre eux contribue aux domaines de l’écologie ou de l’évolution.
  • Autres activités pertinentes (300 mots maximum) : Dans cette section, décrivez une ou plusieurs activités professionnelles ou extracurriculaires qui
    démontrer vos compétences en communication et en leadership, y compris le mentorat, l’engagement académique et civique, la sensibilisation communautaire et / ou l’implication dans les initiatives EDI.
  • Sélection de prix et de contributions (1 page maximum) : En utilisant trois titres, mettez en lumière (i) des prix que vous avez reçus, (ii) des affiches scientifiques ou présentations orales que vous avez présentées (iii) et des articles que vous avez publiés. N’incluez pas les articles en préparation, soumis ou en cours de révision pour une revue (y compris les prépublications) – incluez uniquement les manuscrits qui ont été publiés ou qui ont été acceptés définitivement et qui sont «sous presse». Si vous êtes sous presse, fournissez le numéro du manuscrit. Le demandeur doit retirer son nom de toutes les publications et le remplacer par «Demandeur», en gras.
  • Lettre de soutien (1 page maximum) de votre directeur de recherche ou d’un membre de votre comité d’évaluation de thèse. La lettre doivent parler des critères énumérés ci-dessus et clairement énoncer que le candidat est sur le point de compléter sa thèse. Les lettres ne doivent pas contenir le prénom du demandeur, mais plutôt « Le demandeur», ou similaire. Par exemple, « le demandeur a été un membre spectaculaire de mon laboratoire… ».

Les sections 1 à 3 doivent être soumises comme un seul document Word ou PDF et le fichier doit être identifié comme suit : “<nomdefamille_prénom>_CSEE_PhDaward”. La demande doit être acheminée par courriel à cseestudent@gmail.com. La lettre de soutien doit être soumise directement de l’auteur à la même adresse courriel. Tous les documents devraient être soumis par la date limite indiquée ci-dessus. Nous répondrons à chaque e-mail pour confirmer sa réception dans un délai d’une semaine.

Le nom (prénom ou nom de famille) du demandeur ne doit apparaître nulle part dans la demande autre que les noms de fichier. Cette anonymisation vise à réduire les biais lors du processus d’évaluation. Le fait de ne pas anonymiser correctement les applications pourrait entraîner la disqualification.

Autres informations importantes

Les candidats retenus donneront une conférence de 30 minutes (conférence de 23 minutes et période de questions de 7 minutes et transition) dans le cadre du symposium sur les bourses d’études supérieures et ne seront pas en mesure de donner une conférence distincte pendant la conférence. Les boursiers peuvent présenter une affiche si l’espace est disponible. Les candidats retenus doivent répondre pour accepter le prix et confirmer leur inscription dans la semaine suivant la notification. Les candidats retenus ne seront peut-être pas éligibles aux bourses de voyage pour étudiants / post-doctorants car ils reçoivent déjà une allocation.

 

Prix de début de carrière 2021

Date limite de réception de tous les documents de candidature: Vendredi, 26 février 2021
Note : Le masculin est utilisé pour alléger le texte, et ce, sans préjudice pour la forme féminine.

Description du prix: 
Les prix de début de carrière de la SCEE reconnaissent les accomplissements exceptionnels et le potentiel prometteur de recherche en écologie et en évolution des scientifiques en début de carrière. Le comité de sélection examinera la candidature du candidat sous l’angle de l’Engagement formel de la SCEE pour la diversité et l’inclusion. Les prix seront décernés à deux candidats chaque année. Ils consistent en une adhésion de 10 ans à la SCEE / CSEE, une bourse de 500 $ en espèces, une allocation allant jusqu’à 1000 $ pour couvrir les dépenses associées à la participation au congrès de la SCEE 2021 en août 2021 et une invitation à donner une conférence liminaire lors du congrès annuel.

Admissibilité: Les candidats doivent être des chercheurs actifs dans le domaine de l’écologie et de la biologie évolutive ayant obtenu leur diplôme de doctorat dans les 5 années précédant la date limite du concours, excluant le temps pris pour un congé parental (p. ex., un an de congé parental prolonge la période d’admissibilité à six ans). Les candidats doivent répondre à au moins un des critères suivants : être citoyen canadien, être immigrant reçu, avoir complété un programme de doctorat dans une université canadienne ou travailler dans une université canadienne. Les candidats doivent soutenir les objectifs de l’Engagement formel de la SCEE pour la diversité et l’inclusion.

Procédures de mise en candidature/nomination:  Les candidats peuvent soumettre leur propre candidature ou peuvent être nominés par une autre personne.  Les chercheurs établis sont fortement encouragés à nominer des jeunes chercheurs exceptionnels.  Le dossier de candidature doit contenir toutes les pièces justificatives suivantes dans l’ordre indiqué : (1) un formulaire de renseignements sur le candidat dûment rempli, comprenant les noms et adresses courriel de 3 répondants (indiquez le scientifique proposant la candidature, le cas échéant) qui fourniront des lettres de recommandation; (2) un curriculum vitae; (3) un résumé des réalisations dans le domaine de la recherche (maximum 2 pages); (4) un énoncé de 2 pages des plans de recherche pour les 5 prochaines années; (5) trois publications récentes (une liste est suffisante; les pièces jointes ne sont pas requises).

Les trois lettres de recommandation doivent être envoyées séparément du dossier de candidature du candidat. En plus de commenter les réalisations du candidat et son potentiel de recherche futur, les lettres de recommandation doivent spécifiquement aborder l’engagement du candidat envers l’Engagement formel de la SCEE pour la diversité et l’inclusion. Tous les documents de mise en candidature et les lettres de recommandation doivent être envoyés en format PDF à l’une des coprésidentes du comité des prix de la SCEE, Julie Sircom (jsircom@grenfell.mun.ca) ou Jasmine Janes (jasmine.janes@viu.ca).

Échéancier: La date limite de réception des candidatures (incluant l’ensemble des documents, dont les lettres de recommandation) est le 26 février 2021. Les lauréats seront contactés au mois d’avril et recevront leur prix lors du congrès annuel.

Prix de début de carrière de la SCEE 2020

Nous sommes ravis d’annoncer les lauréates 2020 du Prix de début de carrière de la SCEE : Diana Rennison et Kiyoko Gotanda. Diana Rennison est professeure adjointe à l’University of California San Diego, où elle utilise des méthodes issues des domaines de l’évolution, de l’écologie et de la génomique pour étudier l’évolution et le maintien de la biodiversité (https://rennisonlab.com). Kiyoko Gotanda est une chercheure invitée à l’Université de Cambridge et dont les contributions couvrent l’écologie, l’évolution, le comportement et la conservation (http://www.kiyokogotanda.com/).

Au lieu de donner des conférences plénières lors du congrès annuel, Diana et Kiyoko offriront des conférences en ligne le vendredi 26 juin à 16 h HAE, et le vendredi 3 juillet à 16 h HAE :

26 juin 16h HAE – Diana Rennison : Découvrir les fondements génétiques et écologiques de l’adaptation parallèle

3 juillet 16h HAE – Kiyoko Gotanda :  Influences humaines sur l’adaptation aux îles Galapagos

Les deux conférences seront diffusées sur notre YouTube et il y aura une période de questions: https://www.youtube.com/channel/UCoP8jVN1m84wvV5PQKS8ziQ .

Merci au comité des prix et reconnaissances pour ses efforts dans ce processus, et pour son attention à l’engagement de la SCEE envers la diversité et l’inclusion. Nous avions un groupe incroyable de candidatures pour ce prix. Bien que cela ait rendu nos délibérations difficiles, cela nous a aussi remplis d’enthousiasme pour l’avenir de la recherche en écologie et évolution au Canada et ailleurs.

26 juin 16h HAE

Dr. Diana RennisonRennison

Découvrir les fondements génétiques et écologiques de l’adaptation parallèle

Cette conférence donnera un aperçu du travail d’intégration que je mène pour déterminer les principaux mécanismes produisant et maintenant la spectaculaire diversité des espèces que nous voyons dans le monde aujourd’hui. Comment les sources de sélection interagissent-elles pour façonner le cours de l’évolution et la génération de la biodiversité? Pourquoi les organismes suivent-ils certaines trajectoires évolutives alors que plusieurs sont possibles? Pour répondre à ces questions, j’intègre la génomique des populations, les échantillonnages sur le terrain et les estimations expérimentales de la sélection naturelle. Je vais donner un aperçu de deux de mes études qui ont apporté des éléments de réponses à ces questions importantes. La première étude utilise une expérience de sélection manipulée pour tester si la divergence évolutive entre des espèces est causée par la prédation différentielle. La deuxième étude adopte une approche comparative pour établir quels facteurs génétiques et écologiques contraignent ou favorisent l’évolution adaptative.

3 juillet 16h HAE

Dr. Kiyoko Gotanda

Influences humaines sur l’adaptation aux îles Galápagos

GotandaLes îles Galápagos sont réputées pour leur biodiversité endémique unique qui a inspiré Charles Darwin à développer sa théorie de l’évolution par sélection naturelle. En particulier, les pinsons de Darwin sont un exemple emblématique du rayonnement adaptatif dû à la sélection naturelle, où environ 18 espèces ont évolué à partir d’un seul ancêtre commun. Des radiations adaptatives peuvent se produire lorsque l’exploitation de nouvelles niches écologiques peut conduire à la spéciation, c’est-à-dire à la formation d’espèces entièrement nouvelles. Chaque espèce de pinson de Darwin est en mesure de se spécialiser sur des produits alimentaires spécifiques et innover afin de tirer profit des nouvelles sources de nourriture, par exemple, en utilisant des outils. Les humains peuvent représenter des menaces majeures pour de telles radiations adaptatives en modifiant les pressions de sélection sur les pinsons de Darwin, et ainsi influencer leur adaptation et leur évolution. Aux îles Galápagos, les humains ont des effets directs et indirects sur l’adaptation des pinsons de Darwin. Ma recherche se concentre sur trois influences humaines: les prédateurs introduits, les nouveaux aliments, et l’urbanisation, et la façon dont ces pinsons emblématiques s’adaptent à la présence de l’homme sur les îles.

Les lauréats du Prix d’excellence en recherche au doctorat!!

Souhaitant que vous ayez plus de science dans votre vie?

Pour le mois de mai, le SCEE présentera les cinq lauréats incroyables du Prix d’excellence en recherche au doctorat, avec une présentation de recherche de 30 minutes chaque vendredi. Les présentation seront diffusées LIVE sur Youtube à partir de 16 h ET et vous aurez la possibilité de poser des questions pour une session de questions / réponses par la suite.

Horaire complet ci-dessous :
1 mai, 16 h ET – Quinn Webber
8 mai, 16 h ET – Anne McLeod
15 mai, 16 h ET – Sarah Amundrud
22 mai, 16 h ET – Ruth Rivkin
29 mai, 16 h ET – Ken Thompson

Visitez notre channel Youtube ou cliquer ici pour regarder: https://www.youtube.com/channel/UCoP8jVN1m84wvV5PQKS8ziQ?view_as=subscriber

Présentations du Prix d’excellence en recherche au doctorat (les présentations et résumés seront malheureusement uniquement en anglais)
May 1st, 16h ET
Quinn Webber
My core narrative as a PhD student has been to link animal social behaviour and space use. Animal social behaviour, habitat selection, and movement are inherently linked through density dependence and their effects on fitness. Using caribou (Rangifer tarandus) as a model system, I empirically tested these processes across scales and contexts. First, I tested whether social network position and habitat specialization are predictors of fitness in and vary as a function of population density. Second, I tested whether social group size varies as a function of population density. Third, I tested whether collective movement affects habitat selection. I found that social network position and group size are density-dependent, while habitat specialists tend to have higher fitness than generalists, but there was no effect of sociality on fitness. I found that individuals foraged alone, but moved together, highlighting that collective movement occurs between, but not within, foraging patches. The impact of my work is the establishment of the idea that social behaviour, habitat selection, movement, and population density are inter-related aspects of caribou socioecology. While much of my research is fundamental, caribou are federally threatened in Canada and my work has potential to inform caribou management.

May 8th, 16h ET
Anne McLeod
Natural communities are undergoing accelerated changes due to human pressures such as habitat fragmentation, over-harvesting, and species invasions.  Here, I use bioinformatics and mathematical models to examine the environmental and ecological drivers of food-web structure and dynamics. First, I use a spatially expansive food-web to examine drivers of spatial turnover in food-web interactions across an environmental gradient. I demonstrate that predicting local realizations of community structure is very difficult, but critical since environmental perturbations occur at the local scale. Then, I integrate empirical data and mathematical models to explore the consequences of different structural metrics, including omnivory, on food-web stability and persistence. I demonstrate that the importance of omnivory depends on both the type of omnivory and the food-web within which it appears. Finally, I derive a novel multi-trophic metacommunity model which demonstrate how movement is a product of both a species’ ability to move and the landscape across which it moves. Treating patch connectivity as a species’ specific property can change our conclusions about multi-patch stability. Overall, my thesis integrates data and theory to test the impacts of environmental gradients and change on food webs and provide testable predictions to guide future research in spatial food web ecology.
May 15th, 16h ET
Sarah Amundrud
Species distributions and the composition of ecological communities result from the interplay of three constraints: physical barriers to dispersal, species-specific environmental requirements, and species interactions. While the relative importance of these factors is known to depend on spatial scale, the effects of climate change on the interplay of abiotic and biotic constraints are still poorly understood. I combined manipulative experiments, observational surveys along environmental gradients, and species distribution models to explore the relative importance of abiotic and biotic constraints on aquatic invertebrate communities inside bromeliad plants across a range of spatial scales: the geographic scale (Central and South America), the landscape scale (elevational gradients in Costa Rica), and the local scale (the bromeliad system). While species interactions were the main drivers of community change at the local scale, biotic effects were not important in driving species distributions at the large geographic scale. Notably, the relative importance of abiotic and biotic processes at the landscape scale depended on environmental context, an important insight given that environmental conditions are already shifting as a result of climate change. This hierarchical set of studies demonstrates the scale-dependence of the interplay of abiotic and biotic processes in affecting species distributions and community assemblages, as well as the potential role of environmental context at the intermediate scale of the landscape.

May 22nd, 16h ET
Ruth Rivkin
Urban habitats are more fragmented and degraded than nonurban habitats, which can impact both the ecology and evolution of species interactions. Species interaction may be particularly sensitive to urbanization because the species involved may be responding to urbanization separately, and together through effects on the strength of and direction of the interaction. We studied the effects of urbanization on a mutualistic interaction and an antagonistic interaction. We measured reproductive success of Brassica rapa plants across 30 experimental sites in Toronto, ON, and tracked within-site pollen dispersal and pollinator community variation among these sites. We found that urbanization influences plants reproductive success, but whether the effects on fitness were positive or negative depended on season and pollinator dispersal. We also studied the interaction between Darwin’s finches and Tirbulus cistoides in towns on three Galapagos Islands. We tested the effects of urbanization on seed predation rates, selection on mericarp size and defense traits, and ground finch community composition across 40 sites per island. Predation rates were elevated in urban sites, which corresponded to stronger selection on mericarp morphology and altered ground finch communities due to urbanization. Together, our results demonstrate the sensitivity of the ecology and evolution of species interactions to urbanization.

May 29th, 16h ET
Ken Thompson
In my talk, I’ll describe the progress I made during my Ph.D. to ‘push the peanut forward’ in arriving at generalities about the mechanisms of natural and sexual selection that act on hybrids in nature. Because the phenotype of otherwise viable and fertile hybrids determines their fate, we must document patterns and test theoretical predictions to better understand the mechanisms of so-called ‘extrinsic’ post-zygotic isolation and its importance for speciation. I’ll discuss the results of a systematic literature review where I find that hybrid traits are typically more dominant than intermediate, resulting in hybrids that are often quite ‘mismatched’ for divergent parental traits. Using recombinant hybrid sunflowers grown in a common field environment, I experimentally demonstrate negative fitness consequences of trait mismatches in the field. I’ll then talk about some preliminary results from ongoing work illustrating the extent to which mismatched traits are expressed in first-generation vs. segregating (backcross and F2) hybrids. Finally, I’ll conclude with a brief summary of an ongoing field experiment in threespine stickleback testing whether parallel phenotypic evolution is an engine of speciation in nature.

La première récipiendaire du prix présidentiel pour l’excellence en engagement sociétal!!

Enfin une bonne nouvelle!

La SCEE a le plaisir d’annoncer que la première récipiendaire du prix présidentiel pour l’excellence en engagement sociétal est …. roulement de tambour, s’il vous plait…

Dr Justina Ray!!!

ray_headshot2018Dr Ray est la co-fondatrice, présidente et chercheuse principale de Wildlife Conservation Society (WCS) Canada. Elle est un défenseur infatigable des caribous. Elle a joué un rôle critique dans le renforcement de la loi fédérale sur l’évaluation environnementale et dans le développement du concept et de l’identification des Zones Clés pour la Biodiversité au Canada. Elle est aussi un mentor exceptionnel qui entraîne la prochaine génération de scientifiques canadiens en conservation.

 

Toutes nos félicitations, Dr Ray!

Prix de début de carrière 2020

Date limite : 14 février 2020

Description du prix: Les prix de début de carrière de la SCEE sont remis à des jeunes chercheuses ou chercheurs exceptionnels qui ont fait preuve d’excellence dans leurs réalisations à ce jour et qui démontrent beaucoup de potentiel pour la recherche future en écologie et en évolution. Les récipiendaires bénéficieront d’un abonnement d’une durée de 10 ans à la SCEE, d’une remise en argent de 500$, d’une bourse de voyage et de logement jusqu’à 1000$ pour assister au congrès de la SCEE à Edmonton, AB, en mai 2020 et seront invités à donner une conférence plénière.

Admissibilité: Les candidats et les candidates doivent avoir obtenu leur diplôme de doctorat dans les 5 années précédant la date limite du concours, excluant le temps pris pour un congé parental (p. ex. un an de congé parental prolonge la période d’admissibilité à six ans).  Ils doivent être des chercheuses ou chercheurs actifs dans les domaines de l’écologie et de la biologie évolutive. Les candidats doivent répondre à au moins un des critères suivants : être citoyen canadien, être résident permanent, avoir complété un programme de doctorat dans une université canadienne ou travailler dans une université canadienne.

Procédures de nomination: Les candidats peuvent soumettre leur propre candidature ou peuvent être nominés par une autre personne. Les chercheuses et chercheurs établis sont fortement encouragés à nominer des jeunes chercheuses et chercheurs exceptionnels. Les documents suivants doivent être présents au dossier de nomination : (1) un curriculum vitae, (2) un résumé des réalisations en recherche (maximum deux pages), (3) une description du programme de recherche pour les cinq prochaines années (maximum deux pages), (4) trois publications récentes et (5) les noms et adresses de cinq références (dont la personne qui nomine le candidat, le cas échéant) qui feront parvenir des lettres de soutien. Ces trois lettres de soutien devront être envoyées séparément du dossier de mise en candidature. Les documents décrits ci-dessus, incluant les trois lettres de soutien, devront être soumis par courriel en format PDF au président du comité des prix et de la reconnaissance, Carissa Brown (carissa.brown@mun.ca).

Échéancier: La date limite de réception des candidatures (incluant l’ensemble des documents, dont les lettres de recommandation) est le 14 février 2020. Les lauréats seront contactés au mois de mars et recevront leur prix lors de la rencontre annuelle suivante.

Le Prix du président pour l’excellence en engagement sociétal

Nominez quelqu’un pour notre nouveau prix: le Prix du président pour l’excellence en engagement societal.  Ce prix reconnait une personne qui a contribué de façon phénoménale à l’engagement public ou politique relié à l’écologie ou à la biologie évolutive au Canada.

La mise en candidature est simple: écrivez une lettre (max de 1000 mots) et, avec l’appui d’un autre membre de la SCEE, envoyez-la en courriel au secrétaire de la SCEE (cseesecretary1@gmail.com) avant le 31 janvier 2020

Le/la récipiendaire recevra une plaque, une somme d’argent, un voyage frais payés au prochain congrès de la SCEE pour y donner une plénière.

APPEL À CANDIDATURES : PRIX D’EXCELLENCE EN RECHERCHE AU DOCTORAT 2020

La Société canadienne d’écologie et d’évolution (SCEE) invite les étudiantes et étudiants au doctorat qui sont à un stade avancé de leurs études à faire une demande pour recevoir notre prix d’excellence en recherche au doctorat. Les personnes lauréates recevront 500 $ et auront l’occasion de présenter leurs travaux de recherche lors de notre symposium dédié au congrès annuel de la SCEE, qui aura lieu du 28 au 31 mai 2020 dans la belle ville d’Edmonton, Alberta, Canada. Les gagnants et gagnantes recevront également une allocation de voyage de 1500 $ pour couvrir leurs frais de voyage pour assister au congrès.

Date limite

La date limite pour postuler est le 2 mars 2020. Les résultats seront annoncés au moins deux semaines avant la clôture de la période d’inscription « early bird ».

Portée et critères

Ce prix vise à mettre en valeur l’excellence en recherche étudiante au sein de la société. Les personnes lauréates devront avoir mené des recherches de haute qualité qui abordent des questions fondamentales ou qui sont de nature appliquée dans les domaines de l’écologie et de l’évolution. En plus de la grande qualité scientifique, le comité de sélection vise à promouvoir la diversité en sciences (nous encourageons les candidats et candidates à se référer à l’Engagement pour la diversité et l’inclusion de la SCEE, accessible ici), et à maintenir un équilibre entre les domaines de recherches et les établissements. Nous invitons l’ensemble des doctorants et doctorantes admissibles à faire une demande.

Admissibilité

Pour faire une demande, il faut être (i) inscrit-e à un programme de doctorat dans l’année de la candidature (2020) et (ii) être membre de la SCEE au moment de la demande. Les personnes candidates devront avoir amorcé leur dernière année d’études doctorales (être sur le point de soumettre et de défendre leur thèse), mais ne devront pas répondre aux critères de diplomation de leur programme au moment de la demande (les personnes ayant récemment obtenu un diplôme de doctorat devraient plutôt considérer faire une demande de prix de début de carrière). Les lauréats et lauréates devront assister au congrès de la SCEE à Edmonton en mai et présenter leurs travaux lors de notre symposium dédié (des exemptions seront considérées sur une base individuelle). Les personnes candidates l’année dernière qui n’ont pas été sélectionnées pour le prix, mais qui satisfont toujours aux critères d’admissibilité, sont encouragées à postuler de nouveau.

Demandes

Les demandes doivent inclure les sections énoncées ci-dessous dans l’ordre suivant :

  • Résumé de la thèse (500 mots maximum) : Un résumé des différents chapitres de votre thèse et comment chacun d’entre eux contribue aux domaines de l’écologie ou de l’évolution (des sous-titres sont permis pour chacun des différents chapitres).
  • Autres activités pertinentes (250 mots maximum) : Dans cette section, décrivez une ou plusieurs activités professionnelles ou extrascolaires qui démontrent vos habiletés de communication et de leadership.
  • Sélection de prix et de contributions (1 page maximum) : En utilisant trois titres, mettez en lumière (i) des prix que vous avez reçus, (ii) des affiches scientifiques ou présentations orales que vous avez présentées (iii) et des articles que vous avez publiés. N’incluez pas les articles en préparation, soumis ou en cours de révision pour une revue (y compris les prépublications) – incluez uniquement les manuscrits qui ont été publiés ou qui ont été acceptés définitivement et qui sont « sous presse ». Si un article est sous presse, fournissez le numéro du manuscrit. Le demandeur ou la demandeuse doit retirer son nom de toutes les publications et le remplacer par « Demandeur », en gras.
  • Lettre de soutien de votre directeur ou directrice de recherche ou d’un membre de votre comité d’évaluation de thèse. La lettre doit parler des critères énumérés ci-dessus et clairement énoncer que le candidat ou la candidate est sur le point de compléter sa thèse. Les lettres ne doivent pas contenir le prénom de la personne demandeuse, mais plutôt « La personne demandeuse », ou similaire. Par exemple, « la personne demandeuse a été un membre spectaculaire de mon laboratoire… ».

Les sections 1 à 3 doivent être soumises comme un seul document Word ou PDF et le fichier doit être identifié comme suit : “<nomdefamille_prénom>_CSEE_PhDaward”. La demande doit être acheminée par courriel à cseestudent@gmail.com. La lettre de soutien doit être soumise directement par son auteur ou autrice à la même adresse courriel. Tous les documents devraient être soumis d’ici la date limite indiquée ci-dessus. Nous répondrons à chaque courriel pour confirmer sa réception dans un délai d’une semaine.

Le nom (prénom ou nom de famille) du ou de la demandeuse ne doit apparaître nulle part dans la demande autre que les noms de fichier. Cette anonymisation vise à réduire les biais lors du processus d’évaluation. Le fait de ne pas anonymiser correctement les demandes pourrait entraîner la disqualification.

Autres informations importantes

Les lauréats et lauréates devront donner une présentation orale de 30 minutes (23 minutes de présentation et 7 minutes de questions) lors de notre symposium dédié dans le cadre du congrès annuel de la SCEE et ne pourront pas donner de présentation orale additionnelle. Les personnes candidates non sélectionnées sont encouragées à donner une présentation orale ordinaire ou à présenter une affiche pendant la rencontre, mais ne se verront pas automatiquement assigner une plage de présentation ou un espace pour une affiche. Pour cette raison, l’ensemble des candidates et candidats doivent indiquer leur intérêt à présenter leurs travaux lors du congrès en suivant le processus d’inscription standard et en se fiant aux différentes dates limites annoncées pour le congrès (ceci inclut d’indiquer son intérêt à être considéré-e pour une présentation étudiante ordinaire ou à participer aux prix pour les affiches scientifiques). Les lauréats et lauréates peuvent présenter une affiche si l’espace est disponible. Les candidats et candidates retenus doivent répondre pour accepter le prix et confirmer leur inscription dans la semaine suivant la notification. Recevant déjà une allocation, les candidats et candidates retenus seront inéligibles aux bourses de voyage pour personnes aux études ou postdoctorat.

Prix de début de carrière 2019

Nous encourageons les candidatures de scientifiques exceptionnel(le)s en début de carrière en écologie et en évolution et nous encourageons les candidat(e)s potentiel(le)s à considérer la déclaration sur la diversité et l’inclusion de la SCEE. Les candidatures spontanées sont les bienvenues.

Date limite : 28 février 2019

Description du prix: Les prix de début de carrière de la SCEE sont remis à des jeunes chercheuses ou chercheurs exceptionnels qui ont fait preuve d’excellence dans leurs réalisations à ce jour et qui démontrent beaucoup de potentiel pour la recherche future en écologie et en évolution. Les récipiendaires bénéficieront d’un abonnement d’une durée de 10 ans à la SCEE, d’une remise en argent de 500$, d’une bourse de voyage et de logement jusqu’à 1000$ pour assister au congrès de la SCEE à Fredericton, NB, en août 2019 et seront invités à donner une conférence plénière.

Admissibilité: Les candidats et les candidates doivent avoir obtenu leur diplôme de doctorat dans les 5 années précédant la date limite du concours, excluant le temps pris pour un congé parental (p. ex. un an de congé parental prolonge la période d’admissibilité à six ans).  Ils doivent être des chercheuses ou chercheurs actifs dans les domaines de l’écologie et de la biologie évolutive. Les candidats doivent répondre à au moins un des critères suivants : être citoyen canadien, être résident permanent, avoir complété un programme de doctorat dans une université canadienne ou travailler dans une université canadienne.

Procédures de nomination: Les candidats peuvent soumettre leur propre candidature ou peuvent être nominés par une autre personne. Les chercheuses et chercheurs établis sont fortement encouragés à nominer des jeunes chercheuses et chercheurs exceptionnels. Les documents suivants doivent être présents au dossier de nomination : (1) un curriculum vitae, (2) un résumé des réalisations en recherche (maximum deux pages), (3) une description du programme de recherche pour les cinq prochaines années (maximum deux pages), (4) trois publications récentes et (5) les noms et adresses de cinq références (dont la personne qui nomine le candidat, le cas échéant) qui feront parvenir des lettres de soutien. Ces trois lettres de soutien devront être envoyées séparément du dossier de mise en candidature. Les documents décrits ci-dessus, incluant les trois lettres de soutien, devront être soumis par courriel en format PDF au président du comité des prix et de la reconnaissance, Carissa Brown (carissa.brown@mun.ca).

Échéancier: La date limite de réception des candidatures (incluant l’ensemble des documents, dont les lettres de recommandation) est le 28 février 2019. Les lauréats seront contactés au mois de mars et recevront leur prix lors de la rencontre annuelle suivante.